Omakayas – Louise Erdrich

omakayasC’est en faisant du pilon dans les rayons de la bibliothèque que je suis tombée sur Omakayas et Le jeu du silence, qui lui fait suite, de Louise Erdrich. J’avais découvert Louise Erdrich l’année dernière avec Le jeu des ombres, un roman adulte que j’avais adoré, dans lequel une femme découvre que son mari lit son journal intime, et décide alors de le manipuler à travers ce qu’elle y écrit… J’étais donc curieuse de découvrir ses romans jeunesse.

Omakayas raconte la vie d’Omakayas (« Petite Grenouille »), petite fille de 7 hivers, et de sa famille pendant une année, dans le nord de l’Amérique. On découvre leur vie très liée à la nature, leurs déménagements au fil des saisons, la difficulté de passer l’hiver très rude, leurs croyances, les travaux quotidiens (tannage, couture, chasse, récolte…), il y a un coté ethnologue qui est passionnant. L’utilisation de nombreux mots ojibwé renforce également le sentiment d’immersion dans cette communauté.

C’est aussi très vivant, on est plongés dans le quotidien de la famille, les relations entre les différents membres de la communauté… Ainsi que les rapports avec les Blancs, qui sont de plus en plus présents. Les personnages sont forts, bien campés. Omakayas particulièrement est très attachante, vive et réfléchie, et porteuse d’un secret qu’elle découvrira à la fin du roman.

le jeu du silenceL’intrigue du roman Le jeu du silence se situe deux ans plus tard, et son ton est plus sombre : les Blancs ont publié un ordre d’évacuation, poussant les ojibwé à se déplacer à l’Ouest, territoire d’une communauté ennemie. Le ton reste cependant lumineux, plein d’espoir.

Louise Erdrich est américaine, de mère ojibwé, et elle est (d’après Wikipédia) une figure de la renaissance de la littérature amérindienne. Elle s’est inspirée de l’histoire de sa famille pour écrire ces deux romans. Publiés dans la collection Médium, ces romans peuvent être lus dès 10-12 ans, mais aussi, bien sûr, par tout adulte curieux de cette culture…

Omakayas et Le jeu du silence de Louise Erdrich, éditions L’école des loisirs, collection Médium, 2002 et 2008.

So.

Publicités

6 réflexions sur “Omakayas – Louise Erdrich

  1. Ahhhh! J’avais beaucoup aimé Le Jeu des ombres, alors je sens bien que je vais tenter de trouver ces deux romans (en espérant que mes collègues bibliothécaires ne les aient pas pilonné!). Et au final, d’ailleurs, pilon ou pas pilon?

  2. Ayé!
    J’ai lu Omakayas et j’ai déjà dévoré la moitié du deuxième tome. J’ai adoré. Pour être honnête, ce n’était pas trop difficile, je suis une passionnée des bouquins sur les amériques pré- ou tout juste post-colombiennes. Le premier tome est très émouvant, tout en étant pas geignard, tout est très juste. en bibliothécaire très pragmatique, je ne le rangerai pas en jeunesse (malgré la collection). je le mettrais à côté des autres Erdrich, en adulte, pour le faire découvrir au plus grand nombre (non parce qu’on ne va pas me faire croire que les jeunes vont se ruer sur ce bouquin hein.)
    Merci pour la découverte!

  3. Suis contente que ça t’ai plu! Ca sort chez vous? Parce que chez nous, non, effectivement (d’où ma volonté première de le pilonner…)

  4. Il est en section jeunesse de la grande médiathèque, je n’ai pas regardé les stat’, mais vu l’état du livre, à l’oeil nu, je dirais que ça ne sort jamais. je vais tenter de le proposer en section adulte, mais avec leur classement à la con (un rayon jeunesse, un rayon ado ET un rayon grands ados), pas sûre que ça soit accepté.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s