Au ventre du monde – Gilles Barraqué

au ventre du mondeGros coup de cœur pour ce roman dépaysant, conseillé par une collègue!

Nous sommes sur une île qui pourrait être (nous dit l’auteur en intro) « une île de l’archipel des Marquises, aux temps lointains, bien avant l’arrivée de l’homme blanc ». Paohétama a 23 saisons (11ans et demi), elle est élevée par son grand-père, ses parents étant décédés quand elle était petite, dans des circonstances qu’on ne lui a pas vraiment expliquées. Son grand père est maître de la pêche, il se fait vieux et n’a pas d’héritier à qui transmettre son savoir. Car Paohétama est une fille, et « les femmes sont tapu sur les pirogues ».

Mais le grand- père est malin, et arrive à convaincre le chef et le sorcier du village de considérer Paohétama comme un garçon. Elle devient donc fille-garçon : cheveux rasés, elle doit se comporter comme un garçon, et peut accompagner son grand père à la pêche!

Une rencontre va contraindre son grand père à arrêter de pêcher. Commence alors une longue quête pour Paohétama, qui va la mener au Ventre du Monde, lieu sacré d’où le monde est né, et chez le peuple des hommes-cochons, ennemis héréditaires des habitants de Notre Terre.

Raconté par Paohétama, cette histoire se lit comme un conte initiatique lumineux, baigné de légendes et de culture polynésienne. Un très très beau roman… Il me reste juste une question en le refermant : Paohétama a-t-elle pu continuer à pêcher?

Au Ventre du Monde de Gilles Barraqué, L’école des loisirs, 2012.

So.

Le roman d’Ernest et Célestine – Daniel Pennac

roman-d-ernest-et-celestinePar curiosité, j’ai emprunté Le roman d’Ernest et Célestine de Pennac, le roman tiré du scénario du film tiré des albums de Gabrielle Vincent. Parce que j’ai lu les albums toute petite, que je les trouve magnifique encore maintenant que je suis grande, que j’aime ces belles aquarelles, ces petites histoires du quotidien, si tendres… J’ai vu le film cet hiver, que j’ai trouvé très chouette : c’est pas la même chose, pas la même ambiance, mais c’est drôle, vivant, beau… Allez, un petit coup de bande annonce :

Du coup, quand le roman m’est passé entre les mains, j’ai eu envie de voir ce qu’il y avait dedans. C’était il y a peut être deux mois, j’ai lu le début, je l’ai reposé, mollement repris, réoublié, et je viens de le retrouver dans ma pile de livres de la bibli… Autant dire que j’ai pas accroché. C’est vrai qu’il n’y avait pas beaucoup de suspens : c’est l’histoire racontée dans le film, ni plus, ni moins. Mais surtout, j’ai été agacée par le style d’écriture : narrateurs qui interpellent le lecteur, ton outré…

Ernest et Célestine

Bref, j’ai pas accroché. Je vais plutôt me relire quelques albums, tiens…

Plus sur le film, c’est ici ou .

Le roman d’Ernest et Célestine de Daniel Pennac, éditions Casterman, 2012.
Les albums d’Ernest et Célestine, de Gabrielle Vincent, éditions Duculot puis Casterman.

So.