Argentina, Argentina… – Christophe Léon

Argentina argentina - Christophe LeonAvec Argentina, Argentina… de Christophe Léon, partons donc en… Argentine! Milieu des années 70, Pablo est un jeune garçon de 5-6 ans, insouciant, entouré de ces grands-parents paternels et de ses parents. Leur vie est tranquille entre les champs pour le grand-père, l’imprimerie pour son père et sa mère qui attend un deuxième enfant. D’ailleurs Pablo espère bien que cet enfant sera une fille: il pourra la mater!

Le quotidien tranquille de Pablo bascule avec l’arrivée au pouvoir de la junte militaire dirigée par Videla. Rien ne sera plus jamais pareil.

Christophe Léon a pour (bonne) habitude de traiter des sujets extrêmement difficile (le handicap dans « La balade de Jordan et Lucie », le nuclaire dans « Silence on irradie). Ici encore, il dénonce les horreurs perpétrées par la dictature militaire en Argentine à la fin des années 70. J’avais découvert ce pan de l’histoire de l’Argentine en lisant Mapuche de Caryl Férey et j’avais été effarée. Même si les deux ouvrages ne s’adressent pas au même public, la violence des enlèvements, des meurtres, des vies brisées est identique. C’est (encore) un très bon roman de Christophe Léon, (encore) très dur.

Argentina, Argentina… de Christophe Léon paru en août 2011 aux éditions Oskar Jeunesse

Cécile.

Publicités

Un jour j’irai chercher mon prince en skate – Jo Witek

mon prince en skate-Jo WitekVoilà un petit roman sympathique bien moins niais que son titre ne laissait présager.

Fred est une jeune fille qui attend son premier baiser en jean troué, basket et avec son skate sous le bras. Pensant être forcément moins attirante que les « vraies » filles (= talons hauts, jupe, maquillage,), elle s’engage à n’embrasser personne durant les prochaines années.

Bien entendu, dit comme ça, on voit tout de suite où tout cela va nous mener. Mais ce roman a l’avantage d’être plutôt bien écrit, de parler d’amour sans pour autant réduire les jeunes filles au rôle de potiche tout juste capable de se maquiller pour attirer le mâle. L’héroïne est attachante, pleine de doute et va être obligée de regarder autre chose que son nombril en découvrant quelques secrets de famille.

A conseiller aux jeunes filles adeptes des romans d’amour.

Un jour j’irai chercher mon prince en skate de Jo Witek paru aux éditions Actes sud junior en aout 2013 (Les premières pages du roman sont accessibles en cliquant sur le lien).

Cécile.

La quête d’Ewilan – Pierre Bottero

Bottero, j’en avais beaucoup entendu parler, et beaucoup en bien, mais je n’avais jamais ouvert un de ses bouquins. (Enfin si, j’avais lu Le chant du troll, et j’avais pas du tout accroché!). Et puis, en préparant un accueil de classe sur le thème »garçons-filles », je suis tombée sur cette bibliographie, réalisée par la BDP du Lot et Garonne. Bibliographie passionnante, très fouillée, qui donne envie de lire plein de romans, et, p.38-40, ceux de Bottero :

« L’œuvre de Pierre Bottero occupe à cet égard une place emblématique tant il est naturel pour lui que la femme soit traitée en égale de l’homme, libre de choisir son destin truffé d’obstacles qu’elle surmonte, et ce grâce à une grande intelligence, beaucoup de sensibilité et de charisme. »

Et un peu plus loin : « A la question de savoir si Gwendalavir est un double inversé de notre monde pour les relations hommes-femmes, il répondait : «  J’aime imaginer Gwendalavir comme un monde où les hommes et les femmes vivent une véritable égalité. Une égalité de fait et de conscience, si évidente qu’elle n’a besoin d’aucune lutte ou revendication pour exister. Pas un double inversé donc mais une projection oxygénante de notre monde dans un avenir qu’il nous reste à construire. »

La quête d'Ewilan J’ai plongé dans le premier tome de La quête d’Ewilan, puis dans les 2 autres tomes de la trilogie, puis dans les deux trilogies qui suivent, Les Mondes d’Ewilan et Le Pacte des Marchombres. Une adolescente ordinaire plongée dans un monde parallèle, où elle découvre ses pouvoirs, une mission à accomplir pour sauver le monde, des amis fidèles, des histoires d’amour, de nombreux rebondissements, des dialogues percutants… Des ingrédients ordinaires, mais ça fonctionne à merveille, c’est ultra prenant. J’ai compris l’enthousiasme de ses fans!

Bref, après un mois à m’enfiler les romans de Bottero (et bien après la rencontre avec les collégiens), j’ai repensé à la représentation des hommes et des femmes dans ses romans. Alors oui, le personnage principal des deux premières trilogies est une fille, Ewilan, comme Ellana l’est dans Le Pacte des Marchombres. Ewilan grâce à son don (l’art du dessin), Ellana grâce à un entrainement intensif luttent à armes égales avec les hommes, de même que Siam la guerrière. Ellana insiste auprès d’Ewilan sur l’importance de ne pas dépendre des hommes, de ne pas les laisser prendre de décisions à leur place.

Mais. On est loin de la parité, il y a quand même beaucoup d’hommes autour d’elles (Salim, Edwin, Bjorn, Artis, Maniel, Duom, Chiam Vite….).

Les femmes, si elles ne sont pas de redoutables guerrières, risquent partout les mauvaises rencontres, drague lourde, viols etc, ce qui contredit quand même l’idée de Gwendalavir comme monde où hommes et femmes vivent une véritable égalité. (Bon, les hommes risquent aussi de se faire tuer et détrousser, les temps sont durs à Gwendalavir en cette époque trouble).

La première mission d’Ewilan n’est pas de sauver le monde, mais d’aller chercher son frère pour qu’il s’en charge.

Quand (attention spoil!) Ellana a un bébé, on ne voit pas du tout le papa s’en occuper, il continue de vaquer à ses occupations (oui, il doit sauver le monde, mais Ellana aussi, non?), loin d’eux.

Quand Jilano, le maitre marchombre d’Ellana, lui apprend que son propre maitre était une femme, Ellana est surprise…

Alors ça n’enlève rien à la qualité de ses romans, ni au plaisir de lire des romans avec des héroïnes intelligentes, déterminées et autonomes. Je trouve juste qu’on est pas encore à la véritable égalité hommes-femmes promise par la bibliographie, même si on est sur le bon chemin!

Les trilogies La quête d’Ewilan, Les Mondes d’Ewilan et Le Pacte des Marchombres, de Pierre Bottero, éditions Rageot.

So.