Parker – Richard Stark (adaptation Darwyn Cooke)

ParkerParker est un gros dur, cambrioleur, froid, calculateur et malin. Et pourtant, il s’est fait roulé comme un bleu par sa femme et et un ses associés. Il n’a plus qu’un seul but: remettre la main sur ses 40 000 dollars. Et personne n’a intérêt à se mettre en travers de son chemin.

Le personnage de Parker, d’abord héros de polars, a été créé par Donald E. Westlake (alias Richard Stark), prolifique auteur de romans noirs, thrillers et de SF. Il est ici adapté en BD par Darwyn Cooke, scénariste et dessinateur de comics tout aussi prolifique (The spirit, Spiderman, Batman, etc.).

Parker nous plonge dans l’Amérique corrompue et sous l’emprise d’une énorme mafia (« L’orgparker2anisation ») où les femmes en superbes tailleurs et talons hauts ne sont bien entendu que des traitresses (ou des secrétaires) et les hommes que des pourris rongés par l’ambition, le pouvoir et l’argent.

Cette adaptation est une grande réussite. La simplicité des couleurs (bleu pour le 1er tome, rouge et jaune pour les tomes suivants) et la prédominance du noir renforce l’atmosphère sombre de cette chasse à l’homme (aux hommes devrais-je dire).

 Une excellente BD noire.

Parker3A noter que Parker a souvent été adapté en film, dont Mise à sac d’Alain Cavalier (1967) ou Payback de Brian Helgeland avec Mel Gibson. Il le sera à nouveau dans quelques semaines avec la sortie de Parker, film de Taylor Hackford. Je n’ai vu que les bandes annonces de Payback et Parker, mais je peux vous dire que les films me semblent bien moins bons que la BD. Le Parker bédéien, lui, est un mâle, un vrai.

Parker, T.1: Le chasseur de Richard Stark, adapté par Darwyn Cooke et traduit par Tonino Benacquista, Dargaud, 2010

Publicités

Un peu de bois et d’acier – Chabouté

UN PEU DE BOIS ET D ACIER.pdfPour moi, cette BD est une prouesse : plus de 300 pages en noir et blanc, sans aucun texte,autour d’un seul objet, un banc public. Et une foule d’histoires et d’émotions…

Des gens se croisent autour de ce banc, des scènes se jouent : un couple de personnages âgées qui vient partager une pâtisserie, un SDF et le gardien du parc qui jouent au chat et à la souris, une lectrice de Barbara Cartland… Il y a des moments drôles, poétiques, émouvants… Il en faut du talent pour capter tout ces petits instants, et les raconter de cette façon!

Un peu de bois et d’acier, de Chabouté, éditions Glénat, collection Vent d’ouest, 327 p., 2012.

So.

La balade de Yaya – Jean-Marie Omont et Golo Zhao

la balade de yayaChine, 1937. Yaya, jeune fille d’une riche famille, est impatiente de passer son concours de piano. Mais c’est la guerre, et tout est chamboulé : ses parents décident de partir pour Hong Kong. Malgré tout, Yaya, accompagnée de son oiseau Pipo, quitte la maison en cachette pour aller passer son concours, traversant Shanghai sous les bombardements.

C’est Tuduo, enfant des rues, qui la trouve au milieu des décombres. Tuduo, qui gagne un peu d’argent avec ses numéros d’acrobate, est recherché par Zhu, qui l’exploite et de chez qui il vient de s’enfuir. Tuduo et Yaya vont alors commencer un voyage, à la recherche des parents de Yaya…

Une très belle histoire d’aventure et d’amitié, à hauteur d’enfant, dans le contexte difficile de la guerre sino-japonaise. Les thèmes abordés sont graves mais le ton n’est jamais grave. Les dessins de Golo Zhao sont très lisibles, colorés et apportent beaucoup de charme aux aventures de Yaya, Tuduo et Pipo. A lire dès 8-9 ans, et après!

6 tomes de cette BD sont déjà parus, 6 tomes très courts (et très frustrants!), dans un joli format à l’italienne. Deux intégrales sont aussi parues, réunissant 3 tomes chacune, qui ont le mérite d’être un peu plus consistantes…

La balade de Yaya, scénario de Jean-Marie Omont, dessins de Golo Zhao, sur une idée originale de Patrick Marty, éditions Fei.

So.

Les enfants de l’ombre – Beka & Marko

les enfants de l'ombreMaître Wang, peintre et calligraphe, cherche un endroit tranquille où s’installer pour pratiquer son art. En pays Miao, au sud de la Chine, il rencontre Bayang, qui lui propose une maison où s’installer. Maître Wang se prend d’amitié pour les deux petites-filles de Bayang, et propose de leur apprendre à lire et à écrire. Mais l’ambiance au village est assez mystérieuse : brume qui apparait et disparait soudainement, enfants qui courent se cacher dans la montagne…

L’air de rien, on apprend plein de choses en lisant cette bd, sans que cela soit lourd : la vie du peuple miao, l’art de la calligraphie, et surtout, les conséquences de la politique de l’enfant unique en Chine… Dessin un peu rond, scénario simple et intelligent, c’est une bd bien agréable à lire, à partir de 9/10 ans. Et pour un aperçu, on peut en lire les premières planches ici.

C’est le 3ème album de la collection Géo BD, collection lancée il y a 2 ans par  Dargaud en collaboration avec le magazine Géo, qui promet de « nous faire découvrir la vie quotidienne dans les plus beaux endroits de la Terre ». Sont déjà parus Le crochet à nuage, une aventure en pays dogon, et La conteuse des glaces, en pays inuit, par les mêmes auteurs, et qui ont l’air tout aussi intéressants!

Les enfants de l’ombre : une aventure en pays miao, de Béka et Marko, édité par Dargaud, collection GéoBd.

So.

Cul de sac – Richard Thompson

cul de sac« Préface de Mo Willems, élu meilleur auteur de livres pour enfants par le New York Times ». Mo Willems, l’auteur des Guili Lapin… Je suis faible, j’avoue, cette phrase sur la couverture a suffi pour que j’emprunte cette BD.

Et je ne l’ai pas regretté. Dans sa (très drôle) préface, donc, Mo Willems dit ceci : « Tout dessinateur digne de ce nom sait qu’après les Peanuts de Schulz et le Calvin et Hobbes de Watterson, il ne reste rien de nouveau à faire en bande dessinée sur les gamins de banlieue. Tous sauf M.Thompson, semble-t-il, qui parvient à renouveler le genre en associant une colérique précoce et un misanthrope paranoïaque, dans un monde surréel parfaitement crédible. Grr… »

Tout est dit. La colérique précoce, c’est Alice, la petite fille qui danse sur une bouche d’égout. Le misanthrope paranoïaque, c’est Petey, son grand frère, le rouquin plongé dans sa BD. Et c’est génial! J’ai ri comme pas souvent devant une BD…

Et en plus, Jeux d’enfants est un tome 2. Il existe donc un tome 1! Il s’appelle Sortie de secours, et est paru en 2010… Il y a 3 ans! Mais comment j’ai pu passer à côté pendant si longtemps?

Cul de sac, tome 2 : Jeux d’enfants, de Richard Thompson, traduit par Anne Capuron. Edité par Delcourt, 2012, 127 p.

So.

L’ours Barnabé – Philippe Coudray

L'ours Barnabé-Philippe CoudrayIllustration naïve, enfantine. Strip en 6 cases. Très peu de texte. Un ours, un lapin. C’est donc de suite rangé dans les rayons jeunesse des librairies ou des bibliothèques. Erreur fatale!

L’ours Barnabé n’est pas que pour les enfants, il est aussi pour les adultes! Comme peut l’être Mafalda, Calvin et Hobbes, L’ours Barnabé est une BD absurde, drôle et philosophique parfois. Un petit bijou.

En plus, la maison d’édition La boîte à bulles a eu la bonne idée de sortir trois intégrales réunissant tous les strips de l’Ours Barnabé. Oh! La bonne idée.

Pour des raisons de droit d’auteur, je ne mettrais pas de strip sur le blog, mais cliquez donc par ici: Liberté, liberté chérie ou par là: L’amour

L’ours Barnabé de Philippe Coudray, intégrale, t. 1 à 3 publiés aux éditions La boîte à bulles.

Cécile.

La grande Odalisque – Bastien Vivès, Jérôme Mulot, Florent Ruppert

la grande odalisqueMéfiez-vous sous le vernis à ongle se cachent de grandes voleuses!

Alex et Carole sont de grandes voleuses, très réputées dans le milieu. Après un vol réussi au musée d’Orsay, elle s’attaque à beaucoup plus gros: La Grande Odalisque d’Ingres au musée du Louvre. Pour arriver à leur fin, elles doivent s’associer à Sam pour pouvoir pénétrer dans un des musées les mieux gardés au monde. Leur vie professionnelle est bien remplie et pourtant, les jeunes filles doivent aussi compter sur leur vie personnelle bien compliquée: comment gérer une rupture en plein cambriolage par exemple?!

Les fans de Cat’s Eye remarqueront bien vite la ressemblance entre nos trois voleuses et les trois sœurs du manga/animé japonais. Humour plutôt similaire, mais morale beaucoup moins présente. Ici, les trois jeunes filles cambriolent pour le plaisir, certes, mais surtout pour l’argent.

On reconnait bien le trait de Vivès avec ses personnages aux visages si expressifs, je découvre par contre Mulot et Ruppert. Et la question que je me pose: qui a peint ces magnifiques planches représentants le Musée du Louvre ou le Musée d’Orsay?

C’est un album agréable à lire, drôle, mais pas non plus un gros coup de cœur.

Le meilleur Vivès reste pour moi Dans mes yeux (KSTR, 2009), et puis c’est tout!

Pour info, La grande Odalisque fait parti de la sélection du 40e festival de la bande dessinée d’Angoulême.

La grande Odalisque de Bastien Vivès, Jérôme Mulot et Florent Ruppert paru aux éditions Dupuis dans la collection Aire Libre en septembre 2012.

Ana Ana – Alexis Dormal et Dominique Roques

J’aime beaucoup Pico Bogue… C’est une des BD devant lesquelles je peux me mettre à rire toute seule, touchée par les réflexions de ce gamin ébouriffé!Pico bogue - Légère contrariétéPico bogue - Question d'équilibre La parution des aventures d’Ana Ana, sa petite sœur, a donc retenu mon attention, et j’avais pensé les offrir pour Noël à mon frère, grand fan de Pico Bogue lui aussi. Puis j’ai trouvé autre chose… et heureusement, car c’est ce qu’il m’a offert!

Ana Ana - Déluge de chocolatDeux tomes sont parus, Douce nuit et Déluge de chocolat, qui mettent en scène Ana Ana et ses doudous, au moment de s’endormir pour le premier, et cuisinant un gâteau au chocolat pour le deuxième. C’est une BD qui s’adresse vraiment aux plus jeunes, et j’ai été un peu déçue au début de ne pas retrouver l’humour des albums de Pico Bogue.

Et puis je me suis laissée prendre au jeu, il y a quelques situations et répliques drôles, surtout dans Déluge de chocolat, mon préféré. Si ces histoires manquent un peu d’épaisseur pour un adulte, elles sont drôles, faciles à lire, et devraient plaire aux plus jeunes.

En tout cas, l’arrivée de nouvelles BD pour les plus jeunes, aux côtés de Petit Poilu, Polo, ou Monsieur Blaireau et Madame Renarde est toujours une bonne nouvelle!

So.

Ana Ana, tome 1 : Douce nuit, tome 2 : Déluge de chocolat, 28 pages, parus en octobre 2012 aux éditions Dargaud.

Yotsuba&! – Kiyohiko Azuma

YotsubaYotsuba a 5 ans, quatre couettes de cheveux verts, de l’énergie à revendre et un enthousiasme sans bornes pour le monde qui l’entoure. Quand la série commence, elle et son père viennent d’emménager en ville, et Yotsuba découvre les balancoires, les magasins, les climatiseurs…

C’est drôle, c’est simple, ces petits instants de vie quotidienne sont un vrai régal, et après avoir dévoré les 11 tomes que compte la série pour l’instant, je veux la suite!!

A lire dès 8-9 ans, mais aussi adulte, bien entendu…

So.

Yotsuba&! de Kiyohiko Azuma, publié par Kurokawa. 11 tomes en français, série en cours au Japon.