Au bout du rêve – Sarah Dessen

Au bout du rêve-sarah dessen

On se réveille là dedans! Oui, mais en douceur…

Lire un Sarah Dessen, c’est un peu comme manger un bonbon. C’est agréable et doux. C’est un peu la honte.

Mais pas que. Ce sont aussi des histoires de jeunes filles paumées, solitaires ou en prise avec des problèmes familiaux très concrets et qui tentent de s’en sortir souvent grâce à une rencontre qui bouleverse leur quotidien (ah! l’amour!). J’avais adoré ses premiers romans, après bien entendu, je me suis un peu lassée, mais je n’en ai raté aucun. D’abord, parce que j’aime bien les douceurs et ensuite parce que la question qui m’est le plus souvent posée dans mon travail c’est: « Madame, je voudrais un roman facile ». Facile est à 90% synonyme d’à l’eau de rose, mais la lectrice (soyons sexiste dans ce cas là) n’ose pas le dire. Et donc, c’est tout de suite plus convivial quand on peut conseiller quelques livres qu’on aime et qu’on a lu à ces personnes là. Une des conséquences directes: c’est qu’elles reviennent!

Bref revenons à nos moutons ou à nos rêves plutôt. Après la lecture de la moitié du roman, j’avais décidé d’en rester là. L’histoire de cette jeune fille en admiration devant sa grande sœur parfaite (mais qui a pété un plomb) m’ennuyait. Elle rencontre bien entendu un jeune homme pas très fréquentable mais tout de même, très beau, très doux et original avec ça. C’était trop gnian-gnian, trop à l’eau de rose, trop facile. Mais bon, un matin, en pénurie de livre, j’ai du me contenter de ce roman pendant mon heure de transport… Et là, la claque.

Je n’en dirai pas plus. Mais sachez que je conseillerai ce roman à la pelle. Bien entendu, ce n’est pas de la « grande » littérature littéraire intellectuelle. Mais c’est efficace. Terriblement efficace. Et extrêmement réaliste finalement. A conseiller aux jeunes filles à partir de 15 ans et jusqu’à 45-50 ans!

Au bout du rêve de Sarah Dessen publié chez Pocket Jeunesse (hé les gars, quand est-ce que vous ferez des couvertures moins moches?), mai 2013.

J’ai décidé – Isabelle Rossignol

j'ai décidéCynthia, 17 ans, dans une cité de La Courneuve, découvre qu’elle est enceinte. Complètement perdue, elle en discute avec différentes personnes, qui ont toutes des avis très tranchés. Pour sa copine Lulu, catholique fervente, l’avortement c’est le diable et il est hors de question qu’elle tue une ange innocent. Pour Fatima, une fille de sa classe engagée dans une association de la cité pour les droits des femmes, il n’y a pas à discuter : c’est l’IVG, sans réfléchir. Et sa prof de français lui donne à lire des textes de Simone de Beauvoir.

C’est clairement un texte militant, avec une volonté d’information (tout, vous saurez tout sur la pilule du lendemain, le planning familial et l’IVG), dans une langue très orale et un contexte très concret, facile à lire. Un roman surement utile, mais dont le côté documentaire prend pour moi le pas sur le côté romanesque (pas beaucoup de suspense sur la décision que prendra finalement Cynthia…)

J’ai décidé d’Isabelle Rossignol, éditions Flammarion collection Tribal.

So.